×

TAPEZ VOTRE RECHERCHE ET APPUYEZ SUR ENTRÉE

Chargement...
À Faire Culture Top Nouveautés

Journée de la Femme : Découvrez l’histoire des femmes qui ont fait Genève !

Charley Zaragoza Charley Zaragoza

femmes de l'histoire de genève journée de la femme

Ce lundi 8 mars est célébré la Journée internationale des droits de la Femme. Instaurée par l’ONU depuis 1977, elle commémore le combat pour l’avancement de l’égalité femmes-hommes, en honneur au 8 mars 1917, jour où les femmes ont durement obtenu le droit de vote en Russie. Pour célébrer leur mémoire, plongeons-nous dans l’histoire des femmes qui ont fait Genève ! 

La Mère Royaume

mere-royaume-gravure escalade femmes histoire genève

Icône de Genève, symbole d’héroïsme et de patriotisme, la Mère Royaume est une des figures de l’Escalade, cette fameuse nuit où Genève a repoussé l’ennemi savoyard en 1602. À l’image de plusieurs autres habitants de Genève qui ont tous résisté, Catherine Royaume aurait renversé sa marmite de soupe sur les soldats savoyards sous sa fenêtre. La légende dit qu’elle aurait même tué un Savoyard en jetant sa marmite en fer ! Une femme forte, qui n’a pas eu peur de se remonter les manches.

Ella Maillart

ella-maillart-femmes histoire genève

Photographe, grande voyageuse et écrivaine, Ella Maillart était une vraie suisse par excellence. Elle a parcouru le monde, munie de son appareil photo, pour montrer la beauté de celui-ci, et partager la diversité des cultures. Si elle commencera sa vie en brisant les codes du monde du sport, en créant le premier club féminin de hockey sur terre en Suisse romande ou en étant la seule femme courant les régates olympiques de 1924, elle finira sa vie guide culturelle en Asie, pour continuer de partager sa passion pour le monde.

Suzanne Curchod-Necker

Duplessis_-_Suzanne_Curchod,_Madame_Necker genève femmes histoire

Publicité

Une femme genevoise, qui n’a pas fait briller que la ville du bout du Lac, mais aussi la capitale française ! En effet, Suzanne Curchod-Necker était une figure des salons littéraires de Paris avant la Révolution française. Si elle a peu publié, elle a réuni les plus grands esprits de l’époque dans ses salons, comme Diderot ou d’Alembert. Elle laissera sa trace à Paris en construisant le premier hôpital pour enfants, qui porte encore son nom : l’Hôpital Necker. Rentrée en Suisse après la Révolution, elle y finira ses jours. Une grande femme de la culture genevoise et parisienne, comme sa fille…

Germaine de Staël

Marie_Eléonore_Godefroid_-_Portrait_of_Mme_de_Staël

Et oui ! La romancière franco-suisse est la fille de Suzanne Cruchod. Tout aussi passionné par les arts littéraires, Germaine de Staël s’illustrera de l’autre côté de l’art : en rédigeant, à l’inverse de sa mère qui décryptait les ouvrages avec le Tout-Paris. Grande philosophe et femme de lettres, elle pensera avec les plus grands esprits de l’époque, et soutiendra la révolution française. Une position qui lui vaudra plusieurs interdictions de séjour en France de la part de Napoléon Bonaparte. Plus tard, elle importera même le mouvement artistique du romantisme en France, depuis l’Allemagne et l’Angleterre. Une femme d’influence, made in Genève !

Gabrielle Perret-Gentil

Cette genevoise est une pionnière dans l’avancement des droits des femmes, et notamment du droit à l’avortement. Gynécologue et obstétricienne, elle pratiquera des IVG dans le cadre d’abord strict de la loi, mais militera à travers actions et publications pour l’extension de ce droit pour toutes les situations et pour toutes les femmes. Son livre publié en 1968 sur le sujet participera grandement à un changement des mentalités. Cependant, si nos voisins français autorisent l’avortement en 1975 grâce à Simone Veil, il faudra attendre 2002 en Suisse. En 2009, une rue devant les HUG prend le nom de Gabrielle Perret-Gentil, qui perdure aussi dans nos mémoires grâce à sa clinique Vert-Pré.

Marie-Claude Leburgue

Pionnière du féminisme suisse et du journalisme suisse, on doit beaucoup à Marie-Claude Leburgue. Ouvertement lesbienne, l’une des premières femmes d’influence dans la presse suisse, cette femme a passé sa vie à ouvrir la voie pour ses semblables. Elle commence sa carrière à la Radio Suisse Romande, une branche aujourd’hui non existante de la RTS. Elle deviendra ensuite cheffe du département des programmes, de la presse et des relations publiques. Nombre de ses émissions, comme ses interviews avec le biologiste et académicien Jean Rostand, ont marqué le journalisme.

Et tant d’autres encore, qui mériteraient chacune un article dédié…